Robert Faurisson, portrait d’un négationniste, éditions Denoël, 2012, 464 pages, 22 euros.

Lors de sa parution, en mars dernier, je m’étais promis de chroniquer l’ouvrage que l’historienne et chercheuse Valérie Igounet consacre à Robert Faurisson.

Et puis… Disons que le 2e trimestre 2012 a été plutôt chargé. S’en sont suivies quelques semaines pour reconstituer sa force de travail. Et puis… Et puis…

Il était grand temps que je revienne sur le dernier ouvrage de l’auteure de Histoire du négationnisme en France. Un ouvrage à se procurer (ou à commander) dès ce week-end chez son libraire préféré.

Quasiment écrit comme une biographie grand public à la fois fluide et rigoureuse, Robert Faurisson, portrait d’un négationniste éclaire crûment ce que Robert Faurisson aurait souhaité maintenir dans l’obscurité: les impostures qui jalonnent sa vie (idéologiques, professionnelles, syndicales…); le rôle majeur joué par la discrète Yvonne Schleiter (que l’on peut lire parfois dans le courrier des lecteurs de l’hebdomadaire Rivarol), sa sœur, dans son entreprise de négation du génocide pratiqué par l’Allemagne nazie contre les Juifs d’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale; la façon dont il cherche à amalgamer la thématique négationniste au conflit israélo-palestinien et ainsi le mène, par exemple, à se faire de nouveaux amis politiques au sein d’une fraction de l’appareil d’état iranien…

En 464 pages, sur la base d’archives non exploitées jusqu’à présent et de témoignages inédits, l’idéologue français des « assassins de la mémoire », comme les appelait Pierre Vidal-Naquet, se fait tailler un costard comme jamais.

Faurisson disqualifié (du moins, on ne peut que l’espérer), pour autant le compte de « l’école révisionniste » n’est pas réglé. La génération suivante piaffe déjà…

Publicités

A propos André Déchot

Journaliste, ancien animateur de la commission Europe du réseau antifasciste Ras l'front et aujourd'hui, membre du groupe de travail « extrême droite » de la LDH, j'ai également commis avec mes partenaires Jean-Paul Gautier et Michel Briganti l'ouvrage « La galaxie Dieudonné - Pour en finir avec les impostures » édité aux éditions Syllepse en 2011.
Cet article, publié dans Coin lectures, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s