Au-delà de la confrontation Copé-Fillon

En mars dernier, nous étions quelques uns (Gaël Brustier, Jean-Yves Camus, Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Stéphane François, Emmanuel Kreis, Nicolas Lebourg et moi-même) à cosigner un texte pour « le plus » du Nouvelobs.

Ce texte intitulé Pourquoi la « droitisation » de l’UMP par Claude Guéant est une erreur stratégique nous paraissait utile pour comprendre la nouvelle phase de radicalisation qui s’opérait à quelques semaines de la présidentielle. Ce texte se concluait par quelques pistes pour ne pas, à l’avenir, reproduire les conditions d’un « 21 avril 2002 ».

Après les citations de Jean-François Copé sur « le racisme anti blanc » (outsider de Fillon dans la course à la présidence de l’UMP et visiblement prêt à tout pour reprendre la main quelles qu’en soient les conséquences idéologiques et politiques) extraites de son Manifeste pour une droite décomplexée à paraître (dont les références sont parfaitement décryptées ici), il me paraissait opportun de soumettre à votre réflexion la brillante analyse de Jean-Yves Camus développée dans sa contribution La Notion d’identité divise les droites : pour combien de temps encore ? . Ce texte expose les conflits et les mutations idéologiques à l’œuvre entre néo-conservatisme et nationalisme « identitaire» (non réductible au seul courant « raciste differentialiste », le Bloc identitaire).

Cette contribution, toute comme l’ouvrage de Gaël Brustier et Jean-Philippe Huelin, auteurs de Voyage au bout de la droite (pour en savoir plus cliquez ici) ou la note de la Fondation Terra Nova, produite en juin dernier, L’axe UMPFN : vers le parti patriote ? (téléchargeable ici)  sont autant d’outils pour tenter de dénouer les fils de la convergence idéologique qui s’opère entre ces courants de pensée, bien au-delà des seules frontières hexagonales.

Ces analyses me paraissent d’autant plus pertinentes, qu’elles questionnent les pratiques (les dérives?), pas nécessairement théorisées ni idéologiquement assumées, d’une partie de la gauche. A vous de juger.

Publicités

A propos André Déchot

Journaliste, ancien animateur de la commission Europe du réseau antifasciste Ras l'front et aujourd'hui, membre du groupe de travail « extrême droite » de la LDH, j'ai également commis avec mes partenaires Jean-Paul Gautier et Michel Briganti l'ouvrage « La galaxie Dieudonné - Pour en finir avec les impostures » édité aux éditions Syllepse en 2011.
Cet article, publié dans en débat, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s