Hommage à Jean Laferrière

L’ami Jean est mort le 6 février 2013. Ses obsèques se sont déroulées au Père-Lachaise, le 12 février 2013. Voici l’hommage que lui a rendu Jean-Pierre (92 sud).

Jean était un militant très fier de raconter sa première manifestation en 1934 en compagnie de son père; de raconter les faucons rouges; de raconter ses sympathies libertaires ou syndicalistes révolutionnaires; de raconter ses années d’engagement au sein de la section française de la IVe internationale; de raconter son travail ouvrier et son intervention syndicale.

Mais il avait, au-delà des campagnes politiques habituelles, traditionnelles, ou plus rituelles, une appétence particulière pour les activités moins courantes : la campagne Juquin par exemple.

Un travail spécifique lui tenait particulièrement à cœur : le travail antifasciste dans lequel il a donné toute son énergie aussi bien avec la Ligue qu’au sein de Ras l’front tant au niveau local (Ras l’front 92 sud) qu’au niveau national, se dépensant sans compter pour s’opposer à l’extrême droite, d’Ordre Nouveau au Front national, en participant à toutes les initiatives de l’organisation (9 mars 1971, 21 juin 1973…) puis du réseau (les manifestations, les salons du livre, le blocage du train du F.haine pour Carpentras, l’intervention sur le bureau de vote de Le Pen…).

L’action dont il gardait un excellent souvenir: les banderoles déployées place de l’Opéra lors du meeting de Le Pen, le 1er mai, entre les deux tours de l’élection présidentielle de 1995. [cette action fût malheureusement d’autant plus retentissante que le jeune Brahim Bouarram était, au même moment, assassiné par des skinheads venus au 1er mai d’extrême droite avec les bus frontistes affrétés à Reims. voici ici]

Imaginez un peu, un Jean endimanché, en costume, un premier mai, aux abords du rassemblement frontiste en train de vendre du muguet pour nous signaler les mouvements du service d’ordre du front : un véritable extra-terrestre chez les affreux… Il gardait de cette action une intense jubilation.


Actuellement le combat a changé de forme mais la menace est toujours présente. Ironie de l’histoire Jean disparait un 6 février, date anniversaire fétiche de l’extrême droite, date du premier coup de force fasciste en France.

La menace est toujours présente, en France, en Europe, les droites extrêmes gagnent du terrain ; la vigilance n’en est que plus vitale et la résistance de plus en plus nécessaire. Nous avions l’habitude de dire : « leurs avancées sont faites de nos reculs », cette formule n’a rien perdu de son actualité au contraire. Alors nous n’oublions pas le message : nous ne capitulons pas, nous continuons le combat sans compromission comme toi. Tu restes à nos côtés.

Salut Camarade.

Publicités

A propos André Déchot

Ancien animateur de la commission Europe du réseau antifasciste Ras l'front et ex-membre du groupe de travail « extrêmes droites » de la Ligue des droits de l'Homme (LDH), de son comité central et de son bureau national, j'ai également commis avec mes partenaires Jean-Paul Gautier et Michel Briganti l'ouvrage « La galaxie Dieudonné - Pour en finir avec les impostures » édité aux éditions Syllepse en 2011.
Cet article, publié dans hommage, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s