Vive le capitalisme !

Un nouveau billet de Sophie Joubert.

Quand on pense que c’est grâce au capitalisme que le concept actuel de la famille a été mis à mal ! De fait, le rôle sexué dans le couple maintenait l’idée que l’homme devait subvenir aux besoins de sa femme voire de sa progéniture. Il était quasi nécessaire de vivre à deux (et plus) pour vivre, voir survivre, dans une société où la femme n’avait plus sa place en tant que productrice.

C’est vrai qu’il fallait aussi la dot pour acheter sa fiancée, enfin quand on en avait les moyens… afin de mettre en place une stratégie pour garder ou gagner sa place dans l’échelle sociale. Comme ça on garde l’esprit clanique de manière non-dite. Sauf…

Sauf que ça veut dire que la femme aurait pu avoir un rôle prépondérant. Mais heureusement il y avait la dot pour remettre les choses à leur place. Faut pas déconner quand-même, si la famille devait être égalitaire, ça se saurait…!

Mais aujourd’hui ceux qui ne veulent pas du mariage pour tous (sous prétexte de discrimination quand même), capitalistes ou « anti-capitalistes » d’extrême droite, oublient une chose : c’est grâce à la société marchande et au capitalisme que la famille s’est transformée.

Avoir un salaire est devenu la norme pour devenir autonome et prétendre à l’émancipation, notamment pour les femmes. Pour elles, cela permet de choisir de ne pas se marier et d’avoir des enfants – ou pas – et quand elles le veulent. Surtout, cela permet de ne plus subir le patriarcat (enfin sur le papier).

Alors une fois n’est pas coutume : rendons justice au capitalisme qui a permis un bouleversement des mœurs qui met à bas cette pseudo famille traditionnelle ! Reste maintenant « plus qu’à » le dépasser.

Sophie Joubert

Publicités

A propos André Déchot

Journaliste, ancien animateur de la commission Europe du réseau antifasciste Ras l'front et aujourd'hui, membre du groupe de travail « extrême droite » de la LDH, j'ai également commis avec mes partenaires Jean-Paul Gautier et Michel Briganti l'ouvrage « La galaxie Dieudonné - Pour en finir avec les impostures » édité aux éditions Syllepse en 2011.
Cet article, publié dans qui vient diner ce soir?, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s